Historique

En 1993, Angers comptait déjà trois bibliothèques très modernes, la bibliothèque municipale et les deux bibliothèques universitaires. Pourquoi le Département, la Ville et les deux universités ont-ils décidé de subventionner une bibliothèque supplémentaire, de surcroit une bibliothèque privée, à savoir la Bibliothèque Américaine d’Angers avec ses 20 000 livres et ses quelques 50 abonnements à des magazines ?

Petit rappel, à près de 300 km d’Angers, la première Bibliothèque Américaine avait vu le jour à Paris après la première guerre mondiale et avait rouvert ses portes après une interruption pendant la seconde guerre mondiale.

Dans les années 50, le modèle américain est à son apogée et beaucoup de personnes des deux côtés de l’Atlantique apportèrent leur soutien à la Bibliothèque Américaine qui décida alors d’ouvrir cinq succursales en France.

Une de ces succursales fût hébergée sur le campus de l’université de Nantes. Dans les années 80, suite à quelques désaccords, la Bibliothèque Américaine de Paris mit fin à ses subventions et des dizaines de milliers de livres et de magazines furent emballées et stockées dans un sous-sol.

Le professeur Forkner de l’Université d’Angers en eût vent et suggéra que son collègue Philippe Séjourné, récemment retraité, tente de faire revivre cette succursale en l’installant à Angers. Les quatre partenaires angevins mentionnés ci-dessus acceptèrent tout de suite la proposition que Madame Pilpoul leur transmit de la part de la Bibliothèque Américaine de Paris. Le Conseil Général trouva des locaux qui furent rénovés grâce au soutien financier du Département et de la Ville d’Angers. Ce sont ces mêmes locaux qui abritent encore la bibliothèque aujourd’hui !

Sous la houlette de Madame Marshall-Raimbeau (universellement connue sous le nom de Phoebe) la bibliothèque attira de plus en plus de monde, y compris des membres du personnel des universités et des étudiants. En 2002, la Bibliothèque Américaine de Paris décida que toutes ses filiales devaient devenir indépendantes et voler de leurs propres ailes.

Il fut alors décidé que la bibliothèque changerait de nom pour mieux correspondre à sa vocation et pour mieux refléter le public qui la fréquentait. Le nom « Bibliothèque Anglophone d’Angers » fût approuvé unanimement. Grâce à son nombre croissant de bénévoles, la bibliothèque développa de nouvelles activités. Les universitaires et les étudiants représentaient alors le gros des abonnés.

N’oublions pas de signaler que tout au long de son évolution, parfois plus chaotique qu’il n’y paraît dans ce résumé, les salariés ont inlassablement fait leur travail et que notre « Directrice », le Capitaine Phoebe Marshall-Raimbeau n’a jamais abandonné le navire et ce depuis sa nomination en 1993.

Grâce à son expérience et à sa capacité à accueillir chaleureusement des centaines de résidents étrangers, nous sommes certains que la Bibliothèque Anglophone d’Angers a encore un bel avenir devant elle sous la présidence d’Anne Lebeugle.